Carpiste ? Or not ?

Facebookrss

J’ai perdu le fil de la pêche de la carpe pendant 12 ans, et je le retrouve…

carpe-bbJ’y vois une montagne de matos (plus ou moins cher), plus ou moins utile pour faciliter la pêche…
Les forums semblent en grande partie désertés (comme dans beaucoup d’autres branches), et FB devient le reflet de cette pêche… Ou doit-on dire de CES pêches ?
Pour commencer, le vocabulaire, lorsque j’ai vu écris ce mot « carpodrôme », je me suis dit « Aïe ! »… La signification, et le terme choisi, m’a blessé, avec un aussi mauvais écho, que pourrait avoir « hippodrome », « vélodrome » par exemples.
Les jeux du cirque, la foire…
Il y a une quinzaine d’années j’ai eu affaire au privé, deux fois, deux expériences qui m’ont vaccinées à tout jamais de ces lieux de rassemblement. Entre l’impossibilité de choisir sa pêche (promiscuité), les foires nocturnes de mecs bourrés, toutes lumières allumées, j’avais eu ma dose… Il me semble tout de même avoir vu des lacs où les propriétaires ont misés sur la tranquillité, ceux-là sont à saluer.

Donc définitivement je n’étais pas fait pour cette pêche, comme je le dis lorsqu’on pêche seul on est là, avec le silence de la nature (ça, ça me va très bien), on se ressource… A deux on peut avoir des discussions qui ne s’enflammeront pas, le ton restera tranquille et les échanges seront enrichissants… Mais à partir de trois le ton va immanquablement monter, le niveau sonore augmenter, et ce ne sera plus de la pêche, mais autre chose (je n’ai pas de terme approprié qui me vient).
J’ai pu apercevoir dernièrement (sur Youtube) quelques pêches en « public » où des gars s’installent lourdement avec barnums, tables et chaises, coin cuisine etc… Où somme nous ?
Pour une pêche qui demande de la mobilité, de l’observation, de la réactivité…
Bien sur je m’égare, ces gens là fuient quelque chose, et le recréent au bord de l’eau, je trouve cela bien malheureux, je préfère nettement une bonne bouffe à la maison avec les potes, qu’un espèce de campement limite polluant, pour me sentir bien.

bannière-carpe-bouillette-bSortir une carpe sous une pluie battante, dans la tempête, ou bien pendant une nuit de gel, au petit jour où les reflets du soleil levant commencent à illuminer le miroir d’un lac, installer son bivouac au milieu d’une roselière loin de tout chemin cannes dressées vers le ciel, le fil ténu tendu, qui nous relie au rêve, à l’espoir…
La pêche comme ressource, pas comme une course effrénée !

 

 

Une autre chose qui me saute à la tête, c’est ce que d’aucun appellent la course au sponsoring, là aussi je me sent vraiment décalé, la multiplication des vendeurs, cabanac1rouleurs de « billes » (plus ou moins improvisés), fait peine à voir… Une véritable foire d’empoigne se déroule, c’est à qui se fera le maximum de thunes sur le dos (le porte monnaie) de naïfs qui pensent que l’hyper-technologie leur fera avoir la « plus grosse ».

Restons simples (humbles) pour être heureux !

Voilà un petit billet d’humeur qui, je l’espère, sera tempéré avec le temps, et qu’on me convainc que je me trompe. 

Bonnes pêches à tous.

(70)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :